mardi 25 avril 2017

Dérapage et sortie de route de la trêve

Vers un nouveau cycle d'opérations militaires ukrainiennes 


Ces dernières 24h00 ont vu la ligne de front subir une nouvelle escalade des bombardements et des accrochages entre forces ukrainiennes et forces républicaines. Du Sud au Nord peu de secteurs ont été épargnés par cette reprise sensible des hostilités qui s'effectue au lendemain d'une trêve pascale et à la veille d'une nouvelle réunion à Minsk..

Mais l'événement le plus important reste sans nul doute la destruction de 2 véhicules de de l'OSCE par une mine lors d'une mission exécutée sur le front de la République Populaire de Lugansk. Une mission de l'OSCE patrouillant sur le ligne de front près de Lugansk est tombée sur un barrage de mines antichars qui en explosant a détruit 2 véhicules de la mission, tuant 1 observateur britannique et en blessant 2 autres (allemands).

C'est la première fois en 3 ans qu'un membre de l'OSCE trouve la mort en service et le contexte, les indices et les circonstances de l'explosion prouvent qu'ils s'agit de mines posées par un commando ukrainien. D'ailleurs 2 autres mines ukrainiennes ont été retrouvées par la suite dans ce secteur. Il est fortement probable que l'OSCE était visée directement compte tenu des revendications de Kiev pour faire évoluer la mission en force d'occupation armée, et de la date de l'incident survenue juste la veille d'une nouvelle réunion à Minsk. On peut donc imaginer aisément un false flag destiné à relancer ce débat récurent et envenimer encore les relations diplomatiques.


Quelques heures après l'explosion, avant même qu'une enquête soit ouverte, Kiev par la voix de son Président Porochenko surfe sur cette mort pour réclamer à nouveau le déploiement d'une force de maintien de la paix armée (qui de fait consoliderait surtout et à moindre frais les territoires occupés par son armée). De leur côté le secrétaire général de l'OTAN et la chancelière allemande Merkel tout en réclamant une "enquête approfondie" pointent du doigt , comme d'habitude, la Russie l'accusant de ne pas respecter les accords de Minsk et de créer de telles circonstances...

Cet empressement à exploiter l'incident mortel ayant touché l'OSCE tend a corroborer l'hypothèse d'une provocation menée par Kiev pour forcer la main des occidentaux qui hésitent toujours, malgré une russophobie délirante à armer l'Ukraine...

D'ailleurs les services de renseignement qui ont ouvert une enquête ont déjà repéré des indices similaires à ceux observés lors des attentats précédents organisés par Kiev dans le Donbass. Ces pistes remontent jusqu'au 8ème régiment des forces spéciales ukrainiennes commandé par Oleg Netchaïev Alexandrovitch. C'est une unité possédant 4 groupes de sabotage et de reconnaissance de 15 personnes chacun environ chacun et spécialisés dans les missions de sabotage dans la profondeur..

A noter un autre drame survenu en République de Lugansk, et toujours par des mines ukrainiennes:  un tracteur civil qui a explosé sur une mine antichar, sur le territoire de la LNR, tuant 3 civils et en blessant 2 autres 

Côté bombardements, un réchauffement sensible est observé notamment dans le Nord de Donetsk sur le front de l'aéroport Spartak et Yasinovataya. La nuit dernière des tirs d'de mortiers résonnaient au milieu d'accrochages d'infanterie et de véhicules blindés, tandis qu'une longue colonne blindée quittaient Donetsk pour renforcer le front Sud de la république où une menace d'offensive a été révélée il y a quelques jours.

La "trêve pascale" qui n'a jamais été respectée par Kiev est bel et bien terminée !



Front de Gorlovka / Debalsevo

Situé au Nord de la République de Donetsk et à sa jonction avec la République de Lugansk, ce secteur qui fut le théâtre du denier "chaudron" républicain qui se termina en janvier-février 2015 reste un enjeu majeur du fait du carrefour stratégique qu'il constitue et que les forces ukrainiennes continuent de menacer, à partir de leur positions autour de Svitlodarsk . Depuis décembre 2016, Kiev a engagé dans ce secteurs des bombardements réguliers et des assauts terrestres limités mais fréquents qui ont grignoté petit à petit la zone grise située entre les belligérants et qui est censée rester neutre.

Au Nord de la DNR, le front Nord de Gorlovka a subit des bombardements à Zaitsevo et Holminsky


Sur le flanc Ouest de Gorlovka, la pierre d'angle de la ligne de front Nord de la DNR, les ukrainiens maintiennent une pression constante par des bombardements et qui sont le prolongement de la menace exercée sur l'axe routier principal menant à Donetsk.

Toujours sur le front de Gorlovka, le flanc Ouest a été lui aussi bombardé

Front Nord de Donetsk

Actuellement un des secteurs les plus actifs avec au Nord le secteur sensible de Yasinovataya qui subit lui aussi par des "sauts de crapaud" ukrainiens un grignotage de la zone grise située dans la zone industrielle d'Avdeevka et qui a amené la ligne de front au niveau de l'axe principal Donetsk/Gorlovka, aujourd'hui interdit à la circulation du fait des combats.

Plus au Sud, nous arrivons dans le secteur de l'aéroport, dont l'importance est autant stratégique (par les axes qui le relient à un centre ville très proche) que symbolique. A l'Est de la one aéroportuaire se situe le village de Spartak qui verrouille la ligne de front remontant vers le Nord, tandis qu'à l'Ouest le front ne sépare que de quelques centaines de mètres les belligérants positionnés à Peski (ukrainiens) et Volvo Center (républicains). Ces deux piliers flanc-gardant le secteur de l'aéroport sont soumis comme ce dernier à des bombardements et des tirs quotidiens depuis près de 3 ans.

Au Nord de Donetsk à Oktyabrsky, Spartak et Yasinovataya: bombardements et combats 

Front Ouest de Donetsk

Comme pour le bastion de Gorlovka, le flanc Ouest de Donetsk est soumis à une pression constante de la part des forces ukrainiennes et notamment au niveau de 2 pénétrantes urbaines principales : Staromikhaïlovka au Nord et Marinka au Sud. Dans ce dernier secteur la tactique ukrainienne de "grignotage" a également créé des "zones de contact" permanents où les belligérants  sont à portée de tir de leurs armes légères...

A l'Ouest de Donetsk, bombardements et combats 

Front Sud de Donetsk

Au sortir de Donetsk nous abordons la zone Sud d'apparence plus calme mais qui reste un secteur très sensible du fait de la proximité de la frontière avec la Russie qui si elle était atteinte par les forces ukrainiennes couperait en deux les forces républicaines et l'axe logistique alimentant le front de Mariupol. De plus cette zone est moins urbanisée ce qui offre la possibilité pour Kiev d'y opérer un assaut blindé rapide et puissant. Au milieu de ce front Sud se situe la ville minière de Dokuchaïevsk qui fait partie des territoires contestés par Kiev lors des négociations de Minsk, et qui subit depuis quelques mois une pression par bombardements notamment en constante augmentation.

Au Sud de Donetsk, sur le front de Dokuchaïevsk

Front de Mariupol

Situé à l’extrême Sud de la DNR, au bord de la Mer d'Azov, le front de Mariupol est quant à lui très actif depuis fin 2016, les forces républicaines situées au Nord du village côtier de Shirokino subissant régulièrement bombardements et assauts blindés. C'est dans ce secteur qu'une menace d'attaque est attendue prochainement, première étape d'une éventuelle offensive ukrainienne plus importante menée vers les frontières russes un peu plus au Nord.

Enfin au sud de la DNR, sur le front de Shirokino

Sources de l'article :

- Novorossinform

*
*   *

S'il vous plaît, pour m'aider dans le travail de réinformation et l'aide engagée auprès des pauvres de mon quartier 

Si l'argent est le nerf de la guerre il est malheureusement également aussi celui de la réinformation pour laquelle j'ai décidé de me consacrer seul et à plein temps malgré une absence actuelle de revenus et une censure de mon travail par les agences de presse occidentales collabos ... et locales, obsédées par la recherche du monopole de l'information.

J'ai encore réduits mes besoins de subsistance à leur portion congrue (8 000 roubles par mois (150 euros au taux de change local) pour pouvoir aider plus encore des personnes isolées et des familles de mon quartier. 

Merci d'envoyer vos contributions de soutien sur le compte référencé ci après à partir duquel sont envoyés des virements vers le Donbass

Observation : la plus petite somme (équivalent à celle d'un paquet de cigarette) est la bienvenue et vitale ici.

En vous remerciant par avance de votre soutien moral et matériel 

Bien à vous 
Erwan




lundi 24 avril 2017

Mission accomplie !

Quand la lumière du printemps fait renaître un sourire blessé


Malgré les agissements crapuleux du dénommé Eric Bidar, auteur d'un vol de 10 000 roubles dont partie était destinée à l'aide humanitaire engagée à Oktyabrsky, avec des amis et en coordination avec l'administration de Kuybishevsky dont dépend le quartier, nous avons pu quand même mener à terme la réparation de l'appartement de Ludmila, une grand mère malade qui vit seule avec Vladik, son petit fils orphelin dans un appartement bombardé d'Oktyabrsky (voir article précédent ici : "Une grand mère et un petit homme").

La première tranche des travaux a été engagée et 18000 roubles ont pu être versées à l'entreprise appelée pour réaliser les travaux. Ces travaux qui consistaient à refaire complètement 3 fenêtres et la porte fenêtre menant au balcon (détruites depuis janvier 2015) ont été réalisés dès le 21 avril dernier soit 2 semaines après avoir lancé cette opération humanitaire. 


Les 2 ouvriers ont pu restauré les encadrements et remplacé les fenêtres dans la journée, grâce à Carl Pincemin qui a avancé la somme nécessaire pour clôturer la facture. De mon côté avec une amie nous sommes revenus pendant une journée remettre en état et nettoyer l'appartement qui avait un peu souffert du chantier réalisé...

Je tiens ici à remercier au nom de Ludmila et Vladik celles et ceux qui ont répondu à l'appel de soutien financier lancé le 5 avril, et ont permis que cette action soit réalisée rapidement. 


Soit un total de 560 euros qui, convertis au taux du virement western Union local correspondent à 30 240 roubles et qui ont été réparties comme suit :
  • 18 000 roubles pour la première partie de la facture des fenêtres de Ludmila
  • 4 000 roubles pour l'aider à acheter ses médicaments quotidiens (son traittement contre le cancer et pour le coeur lui coûte plus de 400 roubles par jour)
  • 8 000 roubles (+2000 de ma poche) ont été également donné à une mère pour qu'elle puisse continuer le traitement de son enfant malade dans un hôpital spécialisé en Ukraine.
Ces femmes et ses hommes de France, grâce à leur générosité ont permis de réaliser ces actions importantes qui témoignent que, par delà les guerres, les malheurs de la vie et les salopards qui parfois se réunissent pour accabler des existences, survit une humanité humble et généreuse qui aide à effacer des souffrances et redonner l'espoir aux plus démunis. Cette chaîne de solidarité humaine, apolitique et désintéressée fait partie des événements qui empêchent à la misanthropie ou la folie de noyer les rêves des hommes libres et de les maintenir debout au milieu des tempêtes de la vie et de l'Histoire comme celles qui frappent tant de familles sur le front du Donbass.

Je tiens à remercier également Yulia, qui m'accompagne dans mes démarches et actions, Anna qui mobilise son réseau comme par exemple les membres de l'association "les amis des familles du Donbass" qui tous se sont joints à mon action offrant leur temps, leur énergie pour poursuivre dans la durée l'aide engagée car la seule pension de Ludmila (3000 roubles) ne lui permet pas d'assumer les soins médicaux exorbitants auxquels elle est soumise.

Avec Yulia, Vladik, sa grand mère Ludmila et des membres de l'association "Les amis des familles du Donbass"
Demain dès que les moyens me le permettront, je tournerai mon énergie vers une quatrième famille de ce quartier martyrisé d'Okyabrsky, offrant grâce à votre générosité une rosée d'espérance qui permet au printemps de refleurir dans les coeurs blessés.

Merci encore de votre élan du coeur

Erwan Castel, volontaire en Novorossiya


Pour lire les autres chroniques et articles sur ce quartier de l'aéroport, le lien ici : Oktyabrsky

*
*   *

Projet humanitaire pour Oktyabrsky

Lorsque les dons personnel reçus dépassent mes besoins minima de vie quotidienne  je consacre alors le surplus à aider les gens de mon quartier, notamment les personnes âgées et les familles bombardées. S'il est impossible d'aider tout le monde, il est aussi difficile de choisir vers qui diriger es actions importantes tant il y a de personnes prioritaires. Hier par exemple c'était Yulia et Alex pour la réparation de leur maison bombardée (38 500 roubles environ) et aujourd'hui, pour la famille de Luyba, grâce aux dons, j'ai pu déjà leur donner 8000 roubles pour aider au règlement des frais médicaux de leur enfant malade. Mais ce n'est pas assez car ces frais s'élèvent à 50 000 roubles par trimestre sans compter les déplacements vers la ville où est traité l'enfant et qui est située à plus de 200 km. 

Même si la Russie et la République de Donetsk apportent une aide importante notamment pour les matériaux de reconstruction des maisons bombardées, il manque encore pour de nombreuses habitants des besoins importants pour leur permettre de survivre. (alimentation, équipements, vêtements, fournitures scolaires, médicaments,travaux, transports etc...)

Il faut savoir qu'ici la majorité des personnes qui sont restées dans le quartier vivent avec moins de 50 euros par mois et, même si la vie est beaucoup moins chère que dans notre Occident consumériste et décadent, cela ne permet pas malgré tout de restaurer le confort de vie minimum que la guerre a détruit. 

Chaque jour c'est un billet glissé dans la poche d'un mendiant, une facture de gaz payée, ou des réparations réalisées, mais j'avoue que cette aide est autant une pierre de Sysiphe qu'une goutte d'eau dans l'océan... Grâce à la générosité des personnes qui me soutiennent j'ai pu aider une quarantaine de personnes depuis de début de l'année, et je veux continuer et si possible développer cette action.

Si vous voulez aider les gens d'Oktyabrsky, merci d'envoyer vos contributions de soutien sur le compte référencé ci après à partir duquel sont envoyés des virements vers le Donbass, en mentionnant "OKTYABRSKY" et aussi si possible vos coordonnées.

Les dons sont ensuite regroupés et directement adressés aux personnes aidées par mandat Western Union, le seul moyen de faire parvenir de l'argent en international.

Observation: la plus petite somme (l'équivalent d'un paquet de cigarette) est ici la bienvenue et vitale ici.

En vous remerciant par avance de votre soutien moral et matériel 

Bien à vous 


Erwan


vendredi 21 avril 2017

Force et honneur (2)

Retour chez les mineurs combattants de la "Sharthyorskaïa division"

 

Il y a 1 mois j'avais évoqué dans un article précédent les ouvriers mineurs du Donbass qui depuis les premiers jours de la rébellion contre le Maïdan sont en première ligne pour défendre leurs familles et leurs terrils. 

Le 15 avril 2017, j'y suis retourné en compagnie de Guillaume Chauvin, un photographe alsacien réalisant son troisième séjour dans le Donbass, et désireux d'apporter à travers son regard original un témoignage humaniste à propos de cette guerre cachée et caricaturée par des propagandes venues d'un autre âge...

Après avoir retrouvé en fin de matinée le " Comm'bat' " à son Etat Major, un véhicule du bataillon nous conduit rapidement au Sud de Donetsk, de block posts en chemins de terre, vers la base avancée de l'unité puis vers les tranchées situées à 3 kilomètres à l'Ouest, en face des lignes ukrainiennes.

video

Arrivés sur position, les soldats de l'unité que commande "Baikal" nous accueillent avec chaleur et nous invitent à visiter leur lignes avancées, "blindages" (casemates) et tranchées mais aussi les abris enterrés où s'organise une vie quotidienne ponctuées de missions et services, d'entretiens et corvées, de repos et repas de cette vie communautaire cachée dans le secret d'une haie forestière devenue leur sanctuaire pour le temps de cette longue guerre.

Dès les premiers pas entre les bosses artificielles trahissant la présence de bunkers dont les ouvertures d'accès se dévoilent au dernier moment, l'organisation et la propreté  des installations surprennent et révèlent la discipline qui cohabite avec une ambiance fraternelle et conviviale exemplaires. Actuellement la situation dans ce secteur est calme et laisse le temps aux soldats d'entretenir et de consolider leurs installations jusqu'à la perfection... et pourtant à l'horizon se profilent à peine au delà du kilomètre de nouvelles lisières abritant l'ennemi, tandis que résonnent au Nord et au Sud les coups d'une artillerie ukrainienne qui jamais ne se repose.

Nous allons partager quelques moments de la vie de ses hommes qui de la mine de charbon aux tranchées de la guerre restent dans les entrailles de cette terre noire du Donbass que leur sang et leur sueur ont fait leur depuis des générations...

Il est difficile de décrire les impressions ressenties lors de cette journée sur le front, tant la les moments partagés dans ces tranchées du Donbass d'un XXIème siècle naissant sont toujours autant intenses que surréalistes.

video

Le moins que l'on puisse dire est que ces soldats de la Sharkhtyorskaïa Division ont des "gueules" dont certaines semblent sortir tout droit d'un tableau de Brueghel l'ancien. Héritiers de traditions minières et militaires entremêlées par les vents de l'Histoire, les mains de ces hommes manient la pelle ou le fusil d'assaut avec la même aisance qu'ils racontent leur vie et leur engagement pour cette terre noire qui n'a plus de secret pour eux.


N'en déplaise aux bonimenteurs propagandistes occidentaux, les volontaires qui résistent depuis 3 ans aux bombardements et aux assauts génocidaires des forces ukrainiennes ne sont pas des super spetsnaz russes mais des hommes et des femmes qui sont sortis de leurs usines, de leurs écoles et de leurs mines pour défendre la terre de leurs parents et de leurs enfants...  La plupart n'ont qu'une très courte expérience militaire, réalisée dans les rangs de l'armée rouge au temps de l'Ukraine soviétique, certains ont fait leur service dans les rangs de l'armée ukrainienne et les plus jeunes sortant juste de l'université apprennent directement le métier des armes à l'école de la guerre.


Mais tous sous leurs uniformes chamarrés et disparates partagent ce même regard volontaire et responsable, celui que portent les coeurs appelant à l'horizon la victoire prochaine et inévitable de l'humanité contre la barbarie.

A la tête de cette unité se trouve le capitaine "Baikal", un homme mûri par les expériences multiples et les années et qui incarne l'expérience calme qui rayonne de cette Sharkhtyorskaïa division. Après la mine, l'usine, l'artisanat et la sécurité privée, il commande aujourd'hui ses hommes autant en chef militaire qu'en père de famille. Attentif et présent il fait de l'exemple le pilier central et silencieux de son commandement, distribuant attention et confiance pour qu'à chaque instant le niveau opérationnel de son unité s'élève et reste concentré sur l'ennemi.


Un autre homme atypique va nous accompagner tout au long de cette journée, promenant un regard à la fois humble et épique sur son engagement pour défendre le front du Donbass. Il s'agit de Alexandre Zubastik, un chanteur de RAP populaire qui a décidé, lorsque les putschistes du Maïdan déclenchent une "opération Spéciale Antiterroriste" contre les russophones de Novorossiya de prendre les armes pour défendre le Donbass. 



Concernant le réseau des tranchées et des casemates visitées, je dois avouer avoir été stupéfait par leur organisation et leur propreté... Depuis plus de 2 ans que je fréquente de nombreuses positions depuis Gorlovka jusqu'à Dokuchaïevsk je n'ai jamais vu rien de tel... 

Depuis les cantonnements enterrés, des boyaux serpentent vers des tranchées impeccables où étonnamment l'esthétique a rendez vous avec le pratique... Est-ce la mentalité du mineur de fond accoutumé au galeries sécurisées ou le sens de la perfection du commandement qui est poussée jusqu'au secret des postes avancés ? Certainement les deux, et qui ont pour conséquence une appropriation approfondie des lieux par les soldats qui les défendent....

video

Profitant de l'accalmie de Pâques et d'un ensoleillement printanier les soldats continuent l'aménagement des tranchées, restaurant les parapets effondrés par les ruissellements, égalisant les tranchées, qui ici sont protégées par des palissades intérieures de paille et bois entremêlés... 

A proximité dans un poste avancé en bout de lisière une équipe surveille attentivement l'horizon, car des snipers ukrainiens depuis quelques jours ont été signalés dans ce secteur à l'horizon. Les ukrainiens faute de pouvoir lancer une offensive décisive et surtout prolongée sur le Donbass ont opté pour une stratégie de harcèlement opéré par leurs unités d'artillerie qui quotidiennement pilonnent la ligne de front et des groupes de snipers, souvent composés de mercenaires étrangers équipés de fusils à longue portée de fabrication OTAN. Récemment plusieurs soldats de la République ont été tués et blessés par ces unités, notamment un groupe de mercenaires féminins qui se font appeler "les sorcières" et qui opèrent en ce moment dans le secteur de Dokutchaïevsk (Sud de Donetsk)


video
Présents sur l'ensemble du front du Donbass 
les vieux fusils antichars (14,5mm) de la guerre 
ont repris du service, comme ce PTRD 41 né en 1943



Le réseau des tranchées et boyaux n'est pas sans rappeler les descriptions et images de la guerre 14-18, peut-être la boue en moins...: des boyaux d'approche sinueux et étroits, des tranchées profondes aux parapets d'observation et surplombées par des petits casemates pour mitrailleuses, descendantes des échauguettes médiévales...



Le soir, retour vers Donetsk dans les ambiances surfaites, artificielles d'un micro centre ville de plus en plus éloigné de la réalité de la la ligne de front mais qui exprime aussi à sa manière cette force qu'a ce peuple d'imposer par delà le drame de la guerre, la vision d'une espérance invincible.

En attendant, nous gardons dans nos coeurs l'essentiel de cette journée passée avec les soldats de la Sharkhtyoskaïa Division, à savoir une grand moment d'humanité !


Erwan Castel, volontaire en Novorossiya

Quelques autres "gueules" de la Division des mineurs...









video

Photos et vidéos: Erwan Castel

*
*   *

S'il vous plaît, pour m'aider dans le travail de réinformation et l'aide engagée auprès des pauvres de mon quartier 

Si l'argent est le nerf de la guerre il est malheureusement également aussi celui de la réinformation pour laquelle j'ai décidé de me consacrer seul et à plein temps malgré une absence actuelle de revenus et une censure de mon travail par les agences de presse occidentales collabos ... et locales, obsédées par la recherche du monopole de l'information.

J'ai encore réduits mes besoins de subsistance à leur portion congrue (8 000 roubles par mois (150 euros au taux de change local) pour pouvoir aider plus encore des personnes isolées et des familles de mon quartier. 

Merci d'envoyer vos contributions de soutien sur le compte référencé ci après à partir duquel sont envoyés des virements vers le Donbass

Observation : la plus petite somme (équivalent à celle d'un paquet de cigarette) est la bienvenue et vitale ici.

En vous remerciant par avance de votre soutien moral et matériel 

Bien à vous 
Erwan


Risque d'offensive ukrainienne...

Nouvelle alerte d'offensive dans le Sud


Les services de renseignements de la République populaire de Donetsk ont recueilli plusieurs informations émanant de l'Etat Major des forces ukrainiennes d'Odessa selon lesquelles Kiev s’apprêterait à lancer prochainement une nouvelle offensive sur le front du Donbass...

Cette alerte n'est ni la première ni la dernière que vivent les forces de défense républicaines déployées depuis 3 ans sur ,plus de 300 km de front entre la Mer d'Azov au Sud et Lugansk au Nord. En effet, régulièrement des menaces d'offensive que confirment d'importants déploiements d'unités d'assaut de l'ATO ("Opération Spéciale Anti Terroriste" déclenchée il y a 3 ans par les putschistes du Maïdan contre les russophones de Novorossiya) brisent régulièrement la monotonie d'une guerre de position enlisée dans des centaines de kilomètres de tranchées resurgis du passé...

Attention, offensive de printemps, d'été, d'automne, voire d'hiver, les alertes sur le front du Donbass se multiplient sans cesse à intervalles réguliers depuis plus de 2 ans, rappelant étrangement ce conte d'Esope du jeune berger qui criait "au loup" inutilement jusqu'à lasser les villageois qui par la suite n'ont pas bougé lorsque le danger réel survint...

... Et pourtant, cette offensive ukrainienne est de toute évidence inévitable tant sur le plan politique, militaire, qu'économique, car le régime de Kiev, qui est aujourd'hui coincé dans ses propres tranchées, ne peut pas plus abandonner ses positions sans rendre aux Républiques les territoires occupés par son armée que continuer à entretenir une force de 100 000 hommes indéfiniment...

Le moment "du quitte ou double" approche inexorablement pour Porochenko, et les occidentaux qui savent qu'un abandon militaro-politique du Donbass signera l'arrêt de mort du régime qu'ils ont créé dans la matrice du Maïdan ne peuvent se permettre de risquer un retour de toute l'Ukraine dans le giron russe. Vraisemblablement ils soutiendront toute action même la plus suicidaire qui aidera à l'avancée de l'OTAN vers les frontières russes.

Sur le plan stratégique cette alerte d'offensive dont les risques de concrétisation sont plus grands que les précédentes, concerne le front Sud de la République de Donetsk, confirmant une hypothèse que j'ai développé depuis plus 1 an d'une attaque sur un "axe Sud" dans le secteur de Volnovakha - Telmanovo. 


En effet, dans ce secteur proche de la frontière russe que Kiev veut contrôler, la ligne de front est étiré sur un terrain faiblement urbanisé et propice à une offensive blindée appuyée par une artillerie mobile et même l'aviation. Si l'armée ukrainienne arrive à atteindre des postes frontières et à en prendre le contrôle, elle coupera une voie logistique importante de Donetsk et isolera les forces républicaines déployées au Sud face à Mariupol.

Cette hypothèse même très risquée (surtout avec l'inconnue d'une réaction russe) reste la seule attaque majeure à la portée de l'Etat major ukrainien car ses réserves stratégiques ne lui permettent pas une offensive prolongée et le niveau moral des troupes exclut toute forme d'assaut terrestre en zone urbaine...

Dans l'article ci après est décrit ce que pourrait-être le déroulement d'activation de cette offensive qui ne l'oublions pas se déroulerait sur fond d'accords de Minsk qui devront préalablement être présentés comme violés par les forces républicaines, pour justifier l'assaut ukrainien...

Que ce soit pour ce mois ci ou pour dans 3 mois, ce scénario est certainement le plus plausible que Kiev tentera pour sortir de l'enlisement militaire et diplomatique dans lequel les occidentaux l'ont précipité...

Erwan Castel, volontaire en Novorossiya


Source de l'article : Novorossiya Today


Danger imminent d’offensive des forces ukrainiennes 
sur l’axe de Marioupol

20 avril 2017

Les forces du régime kiévien continuent l’escalade du conflit en violation des accords de Minsk et multiplient des provocations tout le long de la ligne de contact avec l’armée républicaine.

Selon une source à l’état-major de l’unité А0456 basée à Odessa, le commandement des FAU prépare la reprise des hostilités à l’approche des fêtes du mois de mai dans les régions de Volnovakha et de Novoazovsk. Suivant ce plan, le 23-24 avril prochains, un groupe d’action en profondeur sera envoyé dans la zone du village de Chirokino près de Marioupol avec des véhicules banalisés équipés de mortiers pour effectuer des tirs contre de fausses cibles et provoquer une riposte des forces de la DNR. Le cas échéant, elle servira de prétexte à une offensive à grande échelle ayant pour but de reprendre sous contrôle ukrainien l’intégralité du territoire de la DNR.

Pour préparer l’opinion publique à cette offensive, les politiciens ukrainiens durcissent leur ton dans les médias. Notamment, le secrétaire du Conseil de la sécurité nationale de l’Ukraine Alexandre Tourtchinov a déclaré récemment que l’armée ukrainienne poursuivait son avancée vers la frontière avec la Russie, tandis que le ministre de la Défense Stépan Poltorak parle du renforcement permanent du dispositif de char et annonce son intention d’envoyer jusqu’à une vingtaine de chars en zone de l’ATO.

Peu de temps après le retrait des troupes dans la région de Lougansk, le président Porochenko a informé que celles-ci restent toujours en état d’alerte maximale et peuvent être redéployées immédiatement.

En parallèle, l’armée ukrainienne procède d’urgence à une rotation de ses effectifs et continue leur perfectionnement avec l’aide des instructeurs de l’OTAN.

Au vu de tous ces préparatifs, une question légitime se pose sur la capacité de Kiev à régler le conflit dans le Donbass par une voie diplomatique. On s’aperçoit au contraire que le gouvernement ukrainien vise à déclencher une vraie guerre au Sud-Est du pays en prenant soin de trouver un prétexte pour accuser les jeunes républiques populaires de violer les Accords de Minsk. L’offensive ukrainienne pourrait être lancée la veille de la réunion du groupe de contact trilatéral à Minsk, programmée selon le porte-parole de l’OSCE Martin Sajdik le 26 avril prochain.



*
*   *

S'il vous plaît, pour m'aider dans le travail de réinformation et l'aide engagée auprès des pauvres de mon quartier 

Si l'argent est le nerf de la guerre il est malheureusement également aussi celui de la réinformation pour laquelle j'ai décidé de me consacrer seul et à plein temps malgré une absence actuelle de revenus et une censure de mon travail par les agences de presse occidentales collabos ... et locales, obsédées par la recherche du monopole de l'information.

J'ai encore réduits mes besoins de subsistance à leur portion congrue (8 000 roubles par mois (150 euros au taux de change local) pour pouvoir aider plus encore des personnes isolées et des familles de mon quartier. 

Merci d'envoyer vos contributions de soutien sur le compte référencé ci après à partir duquel sont envoyés des virements vers le Donbass

Observation : la plus petite somme (équivalent à celle d'un paquet de cigarette) est la bienvenue et vitale ici.

En vous remerciant par avance de votre soutien moral et matériel 

Bien à vous 
Erwan


mercredi 12 avril 2017

Une mémoire héroïque incarnée

Anna Petrovna, une héroïne au grand coeur 


Lorsque je suis arrivé il y a 2 ans en Russie puis dans le Donbass, j'ai constaté avec un étonnement mêlé de respect la survivance entretenue dans les mémoires individuelles des souvenirs de la "grande guerre patriotique" (1941-1945) à laquelle toutes les familles soviétiques ont des membres y ayant participé.

Début 2014, quand le coup d'état orchestré sur le Maïdan donne la parole à une russophobie fanatique puisant ses slogans propagandistes dans les archives anti-soviétiques nazies, tous ces souvenirs refont surface et invitent alors les populations jetées l'une contre l'autre à une analogie historique, d'autant qu'avec l' "Opération Spéciale Antiterroriste", la crise ukrainienne bascule dans une guerre avec des massacres à caractère génocidaire.

Dans le Donbass, des manifestations populaires aux postes avancés de la ligne de front, les faits d'armes de la Seconde Guerre Mondiale sont souvent évoqués pour alimenter le sentiment patriotique notamment par les témoignages des vétérans 

Anna Petrovna avec ses 95 ans a traversé l'Histoire européenne contemporaine à travers une aventure soviétique vécue de part en part. Cette grand mère qui a su conservé l'étincelle d'une éternelle jeunesse dans les miroirs de son regard, nous a invité à une rencontre dans son appartement situé à Donetsk, près du "rond point du mineur" récemment bombardé par des tirs de lance-roquette multiples le 2 février 2017.

Avec une frêle silhouette qui dénote étonnamment de la force et la mémoire intactes qui l'habitent, Anna Petrovna accueille Zak, Yana et Natalia, une équipe de Novorossiya Today que j'accompagne également pour cette première rencontre que nous propose cette vétérane, avec une Histoire héroïque qu'elle a contribué à écrire.


Lorsque la guerre éclate, la famille de Anna Petrovna décide dans un premier temps de se replier devant l'avancée des troupes allemandes, mais ces dernières étant mécanisée ont tôt vite rattrapé les réfugiés qui se retrouvent bloqués et reviennent vivre en territoire occupé.

"La vie a commencé dans à l'arrière du front contrôlé par les allemands, en arrivant ils se sont tout de suite sentis très à l'aise. Entre les mépris et les pillages de la population locale, nous avons tout de suite senti que nous étions considéré comme des animaux et non des humains"

En mars 43, les allemands ont brûlé le village, tuant la mère et la sœur aînée d'Anna. Malgré sa fragilité, la jeune Anna rejoint alors les partisans et prend part rapidement à la guérilla où elle effectue ses premières missions de combat. Souvent elle s'est trouvée en danger de mort direct comme cette fois où dans un marais presque noyée, blessée à la tête par une balle, heureusement déviée par son calot. 

«J'ai été dans un détachement armé de renseignement dans la profondeur, puis une unité spéciale de l'état major du front qui a fait plusieurs missions derrière les lignes ennemies sur les fronts de la Baltique, Bélarus puis en Ukraine. J'ai participé entre autres à la campagne victorieuse qui a libérée la péninsule de Courlande"

Le courage au combat de Anna Petrovna a été récompensé de plusieurs décorations, notamment l'ordre de la gloire du soldat à l'issue d'une mission effectuée en Lettonie.



Dans l'équipe qui a eu de Novorossiya Today l'honneur de rencontrer cette grande dame de l'Histoire se trouvait mon camarade et ami Zak Novak qui entretient depuis 2 ans une relation privilégiée avec Anna Petrovna, "son héros et mère spirituelle"

Voici ce que ce volontaire serbo-américain venu rejoindre le combat du Donbass il y a 2 ans nous confie :


"C'est Toujours un Jour spécial Lorsque je visite mon Héros et mère Spirituelle Anna Petrovna ! Venant de New York, où j'avais regardé d'incroyables films soviétiques, films sur la Grande Guerre Patriotique, jamais dans mes rêves je n'avais pensé rencontrer un jour un grand Héros de l'Armée Rouge. 

J'ai perdu ma Mère et mon Père, il y a deux ans, et quand j'ai rencontré Anna Petrovna, elle a attrapé ma main et murmura: "je suis votre mère", les frissons couraient le long de ma colonne vertébrale,(...) 

Cela faisait un moment que nous ne nous étions pas vu et j'avais besoin d'être avec elle, quelque chose m'appelait ! Et bien..jeudi dernier, nous sommes arrivés, notre équipe de Novorossia Today et une invitée spéciale, Marina Mikheikina initiatrice du projet "l'Esprit dans le ciel" (ndlr: projet qui présente l'actualité héroïque de la résistance du Donbass dans une continuité de l'Histoire et la permanence des valeurs patriotiques et humanistes héritées).
En arrivant à son domicile. J'ai été le dernier à entrer, son sourire, son étreinte chaleureuse et l'appel, "Mon Fils, Mon Fils !" S'étreignant l'un l'autre comme la Mère et le Fils qui ne se sont pas vus depuis des années ! 

Photo Zak Novak
Qui est Anna Petrovna ? Elle 95 ans héros de l'armée rouge, c'est  un véritable vétéran de la Grande Guerre Patriotique ! Elle a été membre d'une unité d'opérations spéciales et de renseignement largués derrière les lignes ennemies. Ses histoires sont à décrocher la mâchoire, nous tous, immobiles dans nos sièges à l'écouter, sentir chacun de ces instants, qui nous ramène dans le temps ! 
L'histoire de ses soldats n'est pas comme les autres et a atteint la légende ! Elle se décompose alors, les larmes, les pleurs tandis qu'elle continue à rappeler ces moments à couper le souffle de l'histoire ! Nous nous asseyons hypnotisés. Elle essaye de ne pas s'asseoir, en fait, elle préfère se présenter comme elle enfile son uniforme soviétique de l'armée rouge ! Elle est fière, incroyablement puissante ! 

Nous avons enfin parler en privé. Elle me dit qu'elle a rempli sa vie et veut se laisser aller ! J'étais en larmes. 


Non je lui ai-je dit, "pas jusqu'à ce que nous avons fini de vaincre les nazis en Ukraine, une fois pour toutes. !" "
Zak Novak

"L'arme la plus puissante reste le coeur"

Anna Petrovna, qui surprend tous ses invités par sa vivacité intellectuelle et l'étincelle de vie qui brille intacte au fond de son regard pétillant, n'est pas seulement un femme tournée vers le long chemin parcouru, sur les pentes du volcan de l'Histoire, mais c'est aussi une citoyenne de la jeune République Populaire de Donetsk qui suit avec attention et passion l'évolution de son pays, à la fois en guerre et en devenir.



Anna Petrovna espère qu'une victoire proche des Républiques mettra un terme à ce cauchemar que vit aujourd'hui la population du Donbass

Et le regard porté sur cette guerre qui déchire le Donbass par cette vétérane à la veste alourdie de décorations imposant le respect, est à la fois émouvant et symbolique de l'espérance de tout un peuple.

"Comme si une guerre ne suffisait pas, une autre est arrivée me donner rendez-vous
Une nouvelle guerre est arrivée et c'est tellement dur pour moi de la vivre. Dès que 'entends des tirs, je sais qu'il y a quelque part un être qui meure. Quelque chose a explosé... des explosions.... une seule guerre aurait suffit !
Cette guerre est inhumaine. c'est incroyable car les même gens se tirent les uns sur les autres, le père sur le fils, ce sont des choses qui arrivent qu'une même famille soit engagée des 2 cotés du front."

Lorsqu'on demande à celle qui a rampé dans la boue glacée et sous le feu de batailles mythiques en terrassant sa peur et la haine de l'ennemi quel message elle donnerait au jeunes défenseurs du Donbass qui ont repris son flambeau, Anna Petrovna, le regard perdu dans sa mémoire où résonnent encore en écho les fracas des combats nous confie :


"Il faut que vous ayez l'esprit clair et un grand coeur. 
Un grand grand coeur pour tout comprendre par lui, 
avant de comprendre avec le cerveau."

Erwan Castel, volontaire en Novorossiya




*
*   *

S'il vous plaît, pour m'aider dans le travail de réinformation et l'aide engagée auprès des pauvres de mon quartier 

Si l'argent est le nerf de la guerre il est malheureusement également aussi celui de la réinformation pour laquelle j'ai décidé de me consacrer seul et à plein temps malgré une absence actuelle de revenus et une censure de mon travail par les agences de presse occidentales collabos ... et locales, obsédées par la recherche du monopole de l'information.

J'ai encore réduits mes besoins de subsistance à leur portion congrue (8 000 roubles par mois (150 euros au taux de change local) pour pouvoir aider plus encore des personnes isolées et des familles de mon quartier. 

Merci d'envoyer vos contributions de soutien sur le compte référencé ci après à partir duquel sont envoyés des virements vers le Donbass

Observation : la plus petite somme (équivalent à celle d'un paquet de cigarette) est la bienvenue et vitale ici.

En vous remerciant par avance de votre soutien moral et matériel 

Bien à vous 
Erwan